De Passage au Paléo Festival day 2

Suite de nos aventures au Paléo Festival, 2eme et dernier jour sur place pour nous.

Ça commence plutôt bien des potron-minet, à moitié débraillés dans les champs, regard hagard épris de liberté. On s`étonne nous-mêmes d`être à l`abade aussi tôt, concentrés et studieux. On aura tout vu.
Première mission incontournable et préalable à toute entreprise ultérieure: café.

Passage obligé au service de presse où les bornes Wifi invitent à la mise à jour du disque dur journalier. Ah oui, il y a une vie autour.
Alors qu`on se charge le gosier de caféine et de croissants beurrés, l`info tombe : Interview avec Fat Freddy`s Drop confirmée en fin d`après midi. Oh Mazette, la journée va être chouette.

Nous vient l`envie de la jouer Bohême, vu qu`on en déjà la dégaine. Direction la Pl`Asse « espace de fête accessible sans billet tous les jours », dit comme ça dans le texte.

Point de vue emplacement la Pl`Asse est pile poile entre le site du festival et le camping. Joyeuse tambouille en perspective. A cette heure, l`espace est principalement occupé par les sniules, autrement dit ceux qui font manifestement le concours de l`apéro le plus long (depuis la veille en somme).

Et cette sympathique petite faune bariolée cohabite à merveille avec les familles pas sourcilleuses pour un brin, venues faire la ballade du matin. Parfaite image d`Épinal du village des gens heureux au milieu duquel pétarade en sus, un mini (vraiment mini) combi WW faisant office de taxi brousse pour les plus H.S

On repart pour une deuxième session des balances qui ont attaqué sur le site, ça fait toujours son petit effet et on se laisse porter par le son des larsens préalables aux lives bien huilés jusqu`à ce qu`on puisse aller claquer une bise à Winston Mc Anuff & Fixi.

A l`instar de Charles Bradley , Ils ont du se donner le mot – qui nous avait fait l`honneur de se produire la semaine précédente à Genève au Parc de la Grange, il termina en effet son concert sur le message archétypal des piliers idéalement universaux (Love & tolérance).
Et pour être bien sûr qu`on a vraiment bien compris de quoi il s`agit : descente de scène et traversée de la foule pour une offrande d`accolades et de « Buiguine avec toi », rose à la main. Pour le coup, c`est tout de même sacrément épique d`en voir certains traverser la foule avec la même ferveur que s`ils venaient de se faire bénir par le pape.

Un concert empreint de ces très répandues good vibes, donc ; D`autant que l`on s`était chopé un p`tit coup de chaud juste avant pour l`interview de Fat Freddy`s Drop.

D`abord parce qu`on en menait pas large, faut bien le dire (c`est pas comme si on n`avait pas tous leurs albums). Ensuite parce que ça a failli être Rock`n Roll point de vue timing. On dit bien failli : les attaché(e)s de presse sont d`une efficacité redoutable.

Pour la petite histoire, on s`est toujours demandé pourquoi le reggae avait autant de succès dans leur pays, c`est quand même pas la porte à côté niveau courants musicaux.
Scott (le Sax) nous apprendra que le concert que Bob Marley donna en 1979 au Western Springs Stadium d`Auckland est en effet considéré comme ayant eu une influence considérable sur l`émergence du reggae en Nouvelle Zélande et comme ayant inspiré bon nombres d`artistes locaux. Euréka.
Plus tard dans la nuit on les retrouvera sur la scène des Arches, certains auront peut être suivi leur live en streaming sur internet.
Une heure c`est toujours trop court, surtout quand leurs morceaux font en moyenne dix minutes. Mais que ce soit en On ou Off, ils sont tout autant affables et généreux. C`est ce qu`on appelle de belles personnes.

On recroise Sam, c`est pas difficile il court à peu près partout toute la journée. Il nous annonce que Seasick Steve donne une conférence de presse dans dix minutes. Pour l`avoir vu à Musilac 15 jours auparavant, on s`était bien régalés de son personnage tout droit sorti d`Alabama, bricolo de guimbardes entre deux gentes de camions et une truelle. Aussi cela coulait-il sous le sens d`aller lui rendre une visite de plus près.


Paléo 2014 – Seasick Steve en conférence de presse par paleo

Cueilli juste après son show, atmosphère intimiste et pleine de poésie avec ce sage, pote de John Lee Hooker et Janis Joplin, au discours qui en substance, convie à ne jamais rien lâcher de ses rêves. Prêche de convaincus.

La nuit est tombée et avec elle, son arsenal de paillettes. Moment idyllique pour pénétrer dans la Ruche, espace dédié aux arts du cirque et de la rue. C'est-à-dire que là on prend une petite claque. C`est peut être la fatigue (quoi qu`on pète le feu) mais on est abasourdis par le boulot de Titan que ça représente. Sous le chapiteau principal, Yes Papa, collectif multi-générationnel qui alterne discours propagandiste de savoir vivre et chansonnettes hip-hopesques scratchées. On s`est bien marré.


Paléo 2014 – Petit tour à la Ruche (cirque et… par paleo

Sur le chemin, passage par le Clandestino, autre bon spot qui comme son nom l`indique est une terrasse planquée avec vue imprenable sur la Grande Scène. Jack Johnson on stage. Le kiff. Grande Scène où le très attendu Stromae fera bientôt son entrée. Instant idéal pour aller déguster peinard un Asado, étant donné que la quasi intégralité du public migrera de ce côté. Alors on mange.

Le gros coup de coeur de la soirée va aux Frikstailers.

Fantasque duo de Buenos Aires dégainant de surprenants et non moins dansants télescopages alambiqués d`électro cumbia.

On n`a pas pu s`empêcher d`aller les féliciter en personne avec l`idée derrière la tête de recroiser leur chemin pronto….

Ainsi s`achève notre virée dans ce monde des merveilles qu'est le Paléo une semaine par an, le festival fêtera l'année prochaine ces 40 ans, il échappera à coup sur à la crise lié à son âge.
Comme le bon vin cet événement ne cessera de se bonifier, nous en sommes convaincus.

Heidi notre petit(e) reporter
Crédits photos: Paléo festival

Vous aimerez aussi :