De Passage au Paléo Festival day 1

Day One.
Bienvenus au Paléo, rutilante institution affichant 39 étés au compteur.

Le savoir faire suisse n'est pas un mythe, surtout quand il s'agit d'organisation : Parker le camion, récupérer les badges, le plan et faire son petit programme : impeccable.

On commence par un petit coucou au service de presse (qui ressemble à s`y méprendre à une maison de copains) avant de se lancer dans un repère minutieux les lieux.
Les portes ouvrent dans une demi-heure, de quoi faire allègrement les malins sur le site encore vide, version « Le monde est à nous » comme disait Feu, l`ami Jacquot.

Direction le Dôme où nous avons rendez vous avec Meridian Brothers pour une interview en bonne et due forme (à lire ici) avant son live conceptuel. Live qui succèdera à celui de la Chiva Cantina, groupe colombien de cumbia punk funk, rien que ça.

Pour planter le décor (et non des moindres), le Dôme est la scène principale du Village qui, changeant de thématique chaque édition se voit paré cette année des flamboyances Andines.
Propulsion instantanée au centre des tipis tressés en cordages fluo symbolisant par effet de perspective la cordillère (des Andes, donc).

Vu sous cet angle, le choix du fluo doit certainement avoir quelque connivence avec les visions psychées des shamans. Décidément bien conceptuelle l'ambiance.

Churros….et autres délicatesses

Effet singulier et tant attendu de l`expérience festivalière : l`espace temps s'en vient subrepticement à se compresser et se distordre, on ne sait d'ailleurs jamais vraiment dans quel sens.
Les joyeux drilles ont envahi le terrain, ça rit, ça résonne, ça chante dans tous les coins. Arrive alors ce léger flottement qui rend heureux et donne envie de manger des churros. Les émotions creusent et c`est peu dire pour les grands sensibles que nous sommes.

Tandis que nous signons pour les doigts qui collent, bien installés dans notre satisfaction à s'autoriser toutes les entailles au contrat minceur, 4 péruviens aux aguets captent notre regard et nous extirpent illico presto de notre sugar torpeur en exécutant , on aurait envie de le croire, presque pour nous – la danse mystique péruvienne dite des ciseaux.

S`opère devant nous cette danse, en fait une véritable « battle » où tour à tour les membres du groupe se succèdent entre cabrioles et sauts périlleux, paire de gros ciseaux à la main.
Leurs ancêtres étaient considérés comme des demi-dieux en contact direct avec les esprits des montagnes et la montagne ça nous parle.
Même l'UNESCO les a reconnus comme patrimoine culturel immatériel de l`humanité. On déconne pas avec les traditions.


Paléo 2014 – Survol des Andes au Village du Monde par paleo

Back to basic.

On se remet gentiment en route, bien conscients et bien contents de ne pas être au bout de nos surprises.

Passage obligé par la case « Club Tent » scène foutument bien placée sur l`allée centrale où les copains de Catfish bûchent sur leur balance.
Sacrée belle rencontre (et franches rigolades qui vont avec) du Festival Yeah! de Lourmarin en juin dernier.
Déjà que ça faisait plaisir de les revoir, today c'est l`anniversaire d`Amandine. Il était donc de notre devoir de lui remettre en main propre un des ces élixirs régionaux qui font le joyau de la créativité transalpine. Un ange passe.

La Grande Scène jouxtant connaissant ses premières ébullitions, (Jared Leto) nous décidons d`aller voir ce que ça raconte de l'autre coté de la barrière de sécu.
Deuxième point Mappy : Il existe un espace secret en aval du site réservé à tout bon professionnel du spectacle et/ou du journalisme qui aurait besoin de rassembler son cerveau de part et d` autre du bombardement d`images, de sons et autres cocasseries au mètre carré, 12 heures d`affilée (voire 18), 6 jours durant. Sorte de centrale de tri sélectif des idées version « île aux enfants» point de vue cadre. 'Sont bons ces suisses.

Le bar du Canal nous tend les bras, charmante petite bicoque de bois en bordure de rivière et dont la quiétude décalée d`avec l`effervescence, si ce n'est l'excitation si proche en remet une couche sur l`impression de mondes parallèles alors qu`on est à jeun.
Nous y apprenons d`ailleurs, aux dépends de nos comparses de comptoir, que les Euros ne sont plus acceptés sur tout le site pour toute la durée du festival, pour cause de contre façons massives l`année précédente. « Ya plus d`jeunesse ma p`tite dame !» le débat est ouvert. On s`attable avec nos Eco Cup respectifs :
– « Salut ça va, et toi qu`est-ce que tu fais là ? 
– My name is la Mouche, Monic la Mouche »

Autrement appelés les « denteliers du métal recyclé ». Gros gros boulot de montage de structures qui surplombent le site et sur lesquelles on s`était attardés pendant notre excursion- tour de piste parce que ça en impose sévère. Respect.

Les couloirs du temps.
De là s`en suit un long et délicieux périple au cours duquel nous rencontrons successivement (dans le désordre) Sam du service presse (Sam si tu nous écoutes…) , Les hôtesses Marlboro (Heureux qui comme la Suisse, Evin n`y a pas sévi) , Un tracteur traquant un semi remorque tanké (ils ont décidément pensé à tout les orgas) , La grande roue (et son petit taquet d`adrénaline vue d`en haut)

, des tartines de pain géantes (une heure pour s`en remettre) , Les bénévoles tous aussi cool les uns que les autres – Une voisine de table contrainte à la diète du fait du « taux ». On attendra la fin de la discussion pour comprendre qu`il s`agit du cholestérol et non du taux de change comme supposé. Longue vie aux clichés.

C`est sur ces entremets que nous arrivons vaillamment et tout sourie à la bien nommée scène du Détour pour le live de Jungle.
Impatients de les voir, on les suit depuis leurs débuts. Et on n`a pas été déçus : « bien attendus, bien répondu ».
Tellement bien d`ailleurs qu`on en est sortis passablement rincés (on est comme ça, on donne tout). Partis de là, oui c`est moche mais on assume, la fin des Black Keys s`est faite, de loin, en séchant sur un banc. Gesaffesltein attaquait quant à lui son set aux Arches, laissant libre cours aux turpitudes électronisantes de rigueur..


Paléo Festival Nyon 2014 – Best of de mardi par paleo

Il est temps de rentrer se coucher il faut bien, rdv demain pour la suite de nos aventures au Paléo.

Heidi notre petit(e) reporter
Crédits photos: Paléo festival

Vous aimerez aussi :