Natural Pleasure saison 2 #8

Toujours branchés nous sommes le vendredi à 21h sur notre antenne, à suivre et écouter les aventures de Frankito et Dr No des disques Superfriends.

Pour le volume 8 Frankito nous propose un tribute to Roy Ayers et Dr No a tribute to Earth Wind and Fire

Diffusion sur radiomeuh vendredi 12 novembre à 21h rediffusion dimanche 14 à 18h et lundi 15 à 14h

Et toujours l'intégralité des Natural Pleasure en écoute sur notre blog

TRIBUTE TO ROY AYERS BY FRANKITO (vinyl only) SAISON 2 VOL 8
[video:dew:http://blanche.radiomeuh.com/blog/media/users/phil/Natural_Pleasure_S02_8_Frankito.mp3]
1/ROY AYERS MOOVE TO GROOVE FROM LP LIVE AT THE MONTREUX JAZZ FESTIVAL 1972
2/ROY AYERS LOVE FROM LP UBIQUITY 1970
3/ROY AYERS HE S SUPERSTAR FROM LP HE S COMING 1972
4/ROY AYERS HUMMIN FROM LP UBIQITY 1970
5/ROY AYERS WE LIVE IN BROOKLYN BABY FROM LP HE S COMING 1972
6/ROY AYERS 2000 BLACK FROM LP A TEAR OF SMILE 1975
7/ROY AYERS EVOLUTION FROM LP MYSTIC VOYAGE 1975
8/ ROY AYERS COFFY IS THE COLOR FROM LP COFFY 1973
9/ROY AYERS PAPA WAS ROLLING STONE FROM LP RED BLACK AND GREEN 1973
10/ROY AYERS ARAGON FROM LP COFFY 1973

Roy Ayers:
Né: 10 Septembre 1940

Une fois que l'un des vibraphonistes jazz les plus visibles et de gagner des années 1960, puis un chef d'orchestre de R & B dans les années 1970 et 80, la réputation de Roy Ayers est maintenant celle de l'un des prophètes de l'acid jazz, quelques dizaines d'homme en avance sur son temps. Une mise au point, comme de 1972 « Move to Groove » par le Ubiquity Roy Ayers a un backbeat craquements qui sert de prototype pour la gorge traînant hip-hop qui est devenu, dirons-nous, omniprésent sur les dossiers acid jazz, et son détendue 1976 chanson « Tout le monde Loves the Sunshine »a souvent été échantillonnés. Pourtant, en jouant propres Ayers a toujours été ancrée dans hard bop: croquant, lyrique, rythmique élastique. Sa propre réaction d'être canonisé par la foule hip-hop comme «l'homme Icon » est tempéré par le détachement d'un survivant dans une entreprise difficile. « Je m'amuse rire avec elle, at-il dit. « Je ne crains pas ce qu'ils m'appellent, c'est ce que font les gens dans cette industrie. »

Grandir dans une famille de musiciens – son père jouait du trombone, sa mère lui a enseigné le piano – les cinq ans Ayers a reçu un ensemble de baguettes vibe par Lionel Hampton, mais ne démarre pas sur l'instrument jusqu'à ce qu'il soit 17. Il s'est impliqué dans la scène jazz West Coast dans son 20s tôt, l'enregistrement avec Curtis Amy (1962), Jack Wilson (1963-1967), et l'Orchestre de Gerald Wilson (1965-1966), et jouer avec Teddy Edwards, Chico Hamilton, Hampton Hawes et Phineas Newborn. Une session avec Herbie Mann au Lighthouse à Hermosa Beach a conduit à un concert de quatre ans avec le flûtiste polyvalent (1966-1970), une expérience qui a donné une grande visibilité et Ayers a ouvert ses oreilles à des styles de musique autre que le be-bop qu'il avait grandi avec.

Après avoir figuré en bonne place sur l'album de Thomas Mann a frappé Memphis Underground et enregistré trois albums solo de l'Atlantique sous la supervision de Thomas Mann, Ayers a quitté le groupe en 1970 pour former le Roy Ayers Ubiquity, qui a enregistré plusieurs albums pour Polydor et aussi des joueurs tels que Sonny Fortune, Billy Cobham , Omar Hakim et Alphonse Mouzon. Un groupe de R & B-jazz-rock influencé par Miles Davis électrique et le Sextet de Herbie Hancock dans un premier temps, l'ubiquité progressivement débarrassée de son volet jazz en faveur de la R & B / funk et disco. Bien que les dossiers pop Ayers ont été un succès commercial, avec plusieurs singles tracé sur les charts R & B pour Polydor et la Colombie, ils sont devenus de plus en plus, peut-être en conséquence, dénué d'intérêt musical.

Dans les années 1980, en plus de conduire ses bandes et de l'enregistrement, Ayers a collaboré avec Nigerian musicien Fela Anikulapo-Kuti, formé Uno Records Mélodique, et produit et / ou co-écrit plusieurs enregistrements pour différents artistes. Comme la fusion de hip-hop et le jazz prit dans les années 90, Ayers a fait une apparition sur l'album de Guru Jazzmatazz de séminale en 1993 et a joué dans les clubs de New York avec Guru et Donald Byrd. Bien que la plupart de ses disques en solo avait été épuisé depuis des années, The Verve a publié une anthologie en deux CD de son travail avec Ubiquity et la première version américaine d'un concert live au Montreux Jazz Festival 1972, ce dernier trouve le groupe en jouant une excellente droite avant-jazz, ainsi que le jazz-rock et R & B. Richard S. Ginell, Rovi

Natural Pleasure saison 2 #8:
Dr No: Tribute to Earth Wind and Fire

[video:dew:http://blanche.radiomeuh.com/blog/media/users/phil/Natural_Pleasure_S02_08_DrNo.mp3]
(pas de playlist, sorry)
.
Retrouvez l'émission de la semaine dernière en écoute libre sur ce lien
et toute l'histoire des aventures de Frankito et Dr No à la rubrique Natural Pleasure sur notre blog
http://www.radiomeuh.com/blog/index.php/naturalpleasure/

Vous aimerez aussi :