Qu'est-ce que « Avoir la Classe »

Même si 32 Cents nous en a récemment donner une illustration frappante, il est toujours bon de s'interroger sur ce qui fait « la classe » d'un homme.
Certains on cru tenir la réponse définitive dans la vie de George Abitbol proclamé « L'Homme le plus classe du monde » dans « La Classe Américaine ».
Malheureusement, chez les yankees le monde c'est 52 états et ce sont les dollars qui servent d'étalon.
Cette forme de classe semble donc bien relative et peu compatible avec notre soif d'absolu.

Il faudra donc mener une rude quête pour découvrir le secret de la classe, et dans cette quête je vous propose de m'accompagner, malgré les dangers, et bravant les obstacles.
Ensemble, à force d'accumulation d'indices parfois tenu, nous découvrirons l'essence de la classe.

Cette semaine, mon enquête m'entraine vers le Royaume-Uni et plus précisément l'Écosse.
Là, il y a des châteaux (classe), des « Sir » (claasse) et des Smoking-Kilt (claaasse).
Mélangez ça avec un job d'agent secret (top-classe) au service de sa Majesté (claaasse), en Aston-Martin (trop classe) vous obtenez Sir Sean Connery.

Je sens qu'on est sur la bonne voie, adjoignions à notre aventurier une compagne digne de lui, disons une femme fatale (classe), à la beauté glacée (claasse), anglaise, mais amoureuse de la France (top classe), ça nous fait : Charlotte Rampling

Observons le résultat:

Zardoz, réalisé par John Boorman sorti en 1974.

Je vous le dit comme je le penses, on l'aura (la classe) mais ça risque d'être long.

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire