Retour vers le futur – COLOURS OF OSTRAVA

Du coté des « Party Time » en période estivale, le moins que l`on puisse dire est que les choix ne manquent pas. Nous avons choisi d`aller notamment trainer nos guêtres du côté de la République Tchèque, dans le festival le plus important du pays – Colours of Ostrava – histoire de voir ce qu`il s`y trame..

En chiffre :
5 jours
16 scènes
200 artistes
440000 participants
Le tout sur l`ancien site sidérurgique de Vítkovice affichant 250 hectares en plein coeur d`Ostrava, 2ième ville du pays.
Ambiance :

Point de vue Logistique :
Que les soiffards et affamés se rassurent : nul besoin d`attendre que la foule se presse autour de le tête d`affiche (cette année ce fut Björk) et que le site se vide pour aller manger tranquille (On connait la combine). Ici, l`Armada de stands est telle que 5 jours à temps plein n`en viendraient pas à bout. Quand aux subtilités de la gastronomie locale, elles ont ce quelque chose d`affectueux d`où doit venir le célèbre « bien manger, c`est le début du bonheur ».

Björk

Impossible de tout voir, de tout écouter, de tout gouter mais voici quelques petits bouts du parcours pour un aperçu des changements de plateaux et de décors en condensé.
Danses et mets tes baskets.

1- Repérage des lieux
La video du métro New Yorkais des Too Many Zooz nous ayant bien fait marrer l`année dernière,

l`idée était d`abord de voir ce que donnait le membru Saxo en vrai.

De là, robustesse et délectation d`aller se décoller la plèvre sur la bonne vielle Drum`n Bass de nos années fac avec Roni Size & Reprazant, frais comme des gardons depuis l`annonce de la sortie de leur dernier album et un MC Dynamite en (très) grande forme.

Puis direct derrière, instant câlin en compagnie de Caribou et un Our Love live qui sut mettre tout le monde d`accord.

2- On est pas mal
Plaisir de retrouver les Rock`n Dandy de Blackstrobe que l`on avait accueillis au Radio Meuh Circus Festival en avril puis recroisés au Festival Yeah! en juin. Sir Arnaud Rebotini inspiré comme jamais trouvera même au delà du souffle, la plume d`écrire quelques mots doux à ces dames ébahies pendant le concert.

Ce sur quoi nous partons « Spread the love » avec José Gonzalez pour un live somme toute émouvant pour ne pas dire « émotionnant » (Cf
JoseGonz.mov )

Couché de soleil, trois quatre galoches et 2km de tour de site plus tard : embarquement pour « l`électro planante » de HVOB (comme dirait Phil..)

jusqu`à The Cinematic Orchestra et ses atmosphères down-tempo aux effets gravitationnels.

3 – Enchainement(s)

Ça attaque Rockabilly avec Sallie Ford et sa bande de copines, décrites jusque dans le programme officiel comme « bien déterminées à infiltrer le milieu très mâle du Garage Rock et de le choper par les couilles ». Pas faux.

Pour aller voir ce qu`en dit Damian Lazarus – fondateur du label Crosstown Rebels – & the Ancient Moons, autour de son dernier projet « Message from the other side », conçu comme une invitation à la méditation.

Expérience sensorielle réussie sur le stage de l`« Agrofert fresh », le meilleur selon nous, référence faite à son cadre « Cossu-Pope-Indus ». Le moment sera tout aussi grisant quand Sly & Robbie (le très prolifique duo jamaïcain multi Grammy Winners) y rencontreront le trompettiste virtuose Nils Petter Molvaer.

Direction Mexico avec Roberto y Gabriela. Une scène, deux guitares à la texture latino et au spectre partant du folk jusqu`au métal. On aurait pu croire qu`ils se seraient sentis bien seuls sur le Main stage mais leur intensité est telle qu`il fallait bien ça pour la contenir. (cf RodetGab.MOV )

Electro De luxe était quant à lui attendu comme le Messi par un public manifestement déjà conquis et tout choupinou. Devil sera la premier titre joué, manière de donner le ton parce qu`en effet, il est bien habité le garçon.

Nous n`aurons pas manqué d`aller faire notamment quelques incartades du coté de l`Electro Stage avec entre autres Fairmont, Vessels, Sons of Magdalene, The Toxic Avenger, le tout dans une ambiance qui n`aura jamais cessé de bout en bout d`être particulièrement tranquille (au vu des hectolitres de bière écoulés, on pourrait s`attendre à quelques échauffements, mais non). De quoi se sentir presque comme à la maison.

Big up à Marie, Nina & Filip
http://www.colours.cz

Heidi.

Vous aimerez aussi :