Vaudou Game: La vie c’est bon

Sortie du dernier single pour Vaudou Game « La vie c’est bon » en attendant le nouvel album « KIDAYU » (qui signifie “partage” en Kabye, la langue parlée au Nord du Togo) disponible le 9 septembre sur Hot Casa Records

Talentueux et intriguant, le chanteur et guitariste togolais Peter Solo en complicité avec des musiciens Lyonnais, a donné vie à Vaudou Game, une bête unique qui mélange l’afro-funk des années 1970 au chant vaudou, au blues et au rock avec pour résultat une musique irrésistiblement groovy.

Prendre un chemin différent au risque de s’égarer sur des revêtements synthétiques ou poursuivre le parcours sur cette piste poussiéreuse et en explorer plus profondément sous-sols et bas-côtés ? Au moment de donner suite au premier album Apiafo et son irrésistible succès Pas Contente, Vaudou Game n’a pas consulté l’oracle très longtemps.

Depuis, les Lyonnais n’auront jamais éteint cette fournaise afro qu’en infatigables dévoreurs d’asphalte ils auront porté sur scène plus de cent trente fois en 2015. De l’Europe à l’Afrique, l’Amérique et l’Asie, Peter Solo aura affiché ses amulettes, son charisme et son pantalon jaune dans le monde entier. Quand est venu pour Vaudou Game le temps de capturer pour la seconde fois leur afro-funk, c’est à nouveau vers les forces analogiques qu’ils se sont tournés.
Matériel vintage, instrument usinés dans les années 1970’s et bandes magnétiques étant les gri-gri les plus efficaces pour se protéger de toute tentative de corruption digitale de leur musique et pour restituer au plus proche la symbiose d’un groupe soudé par un groove de fer.
Cette transe rythmique imparable héritée de James Brown et Fela Kuti, duo de démiurges funk et afrobeat qui devient trident quand il est rejoint par Mawu, divinité vaudou créatrice cachée dans chacune des notes du groupe. Inspiration qui transcende leur esprit de communion, les fait plonger au plus profond de la terre nourricière, les élèvent vers des transes télépathiques pour une mise en connexion avec le Togo natal de Peter.

Chaque chanson devient alors une célébration où l’auditeur est happé pour devenir la poupée vaudou du groupe. Celle qui, étreinte par la rythmique sera soumise au cisaillement impitoyablement métronomique des guitares, foudroyée par les éclairs cuivrés forgés par Hevioso, transpercée par les visions psychédéliques générées par les orgues et les soli de six cordes de Solo, son chant rieur, ses incantations hypnotiques.

Vaudou Game : Peter Solo (voix & guitare), Vicente Fritis (clavier, voix),Ghislain Paillard (Saxophone, voix), Guilhem Parguel (Trombone, voix), Simon Bacroix (basse, voix), Hafid Zouaoui (batterie)

L’an dernier au Festival Week-end au bord de l’eau à Sierre. (on y sera ce w-e)

When faced with the decision to take a different direction at the risk of getting lost in a synthetic sound or to further explore the same musical path, Vaudou Game did not need to consult the oracle for very long when putting together their new album. Since their first acclaimed album, « Apiafo » and its irresistible single « Pas Contente », these Lyon natives never turned down the heat on over 130 stages across Europe, Africa, America and Asia. Peter Solo has displayed his amulets, charisma and yellow pants around the globe.

When it came time for them to harness their Afro-Funk sound for the second time, they turned their attention once again to their analog strengths. Vintage material, instruments produced in the 70’s and cassette tapes were the « grigris » (or lucky charms) which proved most effective to ward off digital corruption of their music and return them to a tight-knit group with a solid groove.

Vous aimerez aussi :